«

»

avr 24 2011

avatar

CLERGUE IN AMERICA

Jusqu’au 1er mai, 150 clichés de Lucien Clergue sont présentés au public dans le Palais de l’Archevêché à Arles.

Les beaux jours sont de retour, il est grand temps temps d’aller se stimuler la rétine dans une belle exposition! Un échauffement rétinien nécessaire avant le rendez-vous estival des Rencontres Internationales de la Photographie. L’amour de Clergue pour le pays de l’oncle Sam n’est pas une idylle récente. Elle débute en 1961, alors qu’il n’a que 27 ans et qu’il est invité par Edward Steichen au MoMA de New York. Un voyage décisif dans la carrière de l’Arlésien puisque les Etats Unis semblent avoir été une source d’inspiration toujours renouvelée. De photo en photo, on pénètre progressivement dans son univers. Des portraits, tout d’abord, plantent le décor et témoignent des relations qu’il entretenait avec certaines personnalités : David Hockney, Arman, André Kertesz, Ernest Hemingway, Ernst Haas, Jackie Kennedy…

Viennent ensuite les grands thèmes fétiches, obsessions d’une vie, dont les nus zébrés sont emblématiques. L’ombre des persiennes sublime les anatomies féminines, épouse et souligne chaque forme, parfois même jusqu’à l’abstraction. L’artiste célèbre la féminité dans ce qu’elle a de plus charnelle en travaillant notamment sur l’exaltation de ces nus dans un environnement grandiose. Les sites de White Sand ou de Death Valley lui offrent des possibilités picturales infinies dans lesquels il se plait à créer une analogie entre la femme et la nature.  A la finesse d’un grain de peau répondent l’élément minéral ou végétal. La sensualité d’une hanche ou d’un sein se révèle dans les courbes des dunes du désert. Les formes se cherchent, se mêlent et s’imbriquent dans un acte suprême de création. Cette exaltation de la nature féminisée se fait l’écho lointain d’un temps primitif où la déesse-mère était toute puissante. Il y a bien quelque chose de primitif dans ces nudités exposées face à l’immensité des ces paysages vides… D’autres séries comme  l’Empreinte des Dieux ou l’Ecriture des Sables rajoutent un supplément étrange, voire surnaturel à l’ensemble de l’expo. Des thèmes plus urbains sont aussi représentés. Clergue scrute les routes d’El Paso, à la recherche des stigmates marquant le macadam. Griffures, boursouflures, balafres jaunes ou rouges forment au final des compositions abstraites et surprenantes.

Mais j’en ai déjà trop dit, alors on se presse parce qu’il ne reste que peu de temps!  ;)

*Aurore*

Liens : http://www.anneclergue.fr/artistes/lucien_clergue/portfolio/clergue_in_america http://www.wat.tv/video/photographie-clergue-in-america-3klcb_3ki9n_.html

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)

Lien Permanent pour cet article : http://blog.photocontact.org/2011/04/clergue-in-america/

2 Commentaires

  1. avatar
    Huart

    Aurore

    Merci pour ton commentaire .
    Cela devait ètre génial comme exposition
    J’ai qu ‘un regret ,c’est de n’avoir pu ètre des votres Mardi dernier.
    Lionel

  2. avatar
    Aurore

    C’était pas mal, en effet! Une prochaine fois…

Laisser un commentaire